Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Instants d'années

OCEANS

31 Janvier 2010 , Rédigé par Philippe

Pas grand chose à rajouter à toute la pub faite à ce film.
Des images comme j'en n'avais jamais vues auparavant : Magnifiques, immersives avec des commentaires pas trop culpabilisants et adaptés.
On imagine le travail technique incroyable et le temps qu'il a fallu pour faire tout ça.
14/20 mais un peu hors concours car c'est un documentaire.

FilmOceans.jpg


Lire la suite

Monsieur Steve Jobs !

30 Janvier 2010 , Rédigé par Philippe Publié dans #Mes étincelles

Un discours émouvant , sincère, et philosophique de la part d'un homme qui n'a jamais baissé les bras.
A écouter religieusement, au calme avant de s'endormir et de se réveiller demain en se disant que c'est un nouveau jour qui commence.

Lire la suite

Mon avis sur Invictus en aparté(d)

17 Janvier 2010 , Rédigé par Philippe Publié dans #Ciné - DVD - Spectacles


invictus.jpg

Dans la nuit qui m'environne,
Dans les ténèbres qui m'enserrent,
Je loue les Dieux qui me donnent
Une âme, à la fois noble et fière.

Prisonnier de ma situation,
Je ne veux pas me rebeller.
Meurtri par les tribulations,
Je suis debout bien que blessé.

En ce lieu d'opprobres et de pleurs,
Je ne vois qu'horreur et ombres
Les années s'annoncent sombres
Mais je ne connaîtrai pas la peur.

Aussi étroit soit le chemin,
Bien qu'on m'accuse et qu'on me blâme
Je suis le maître de mon destin,
Le capitaine de mon âme.


William Ernest Henley

INVICTUS c'est ce poème de Henley que lisait sans relache Nelson Mandela dans sa géole.
Le film démarre à sa prise de fonction présidentielle, 12 mois avant la première coupe du monde où participe l'Afrique du Sud et qu'elle organise.
Comme dans Gran Torino on peut reprocher à Eastwood de grossir un peu le trait mais le challenge était gigantesque.
Il est tenu d'abord et avant tout par la grâce de deux acteurs fantastiques : Morgan Freeman et Matt Damon et par un personnage hors norme : Nelson Mandela.
Impossible de ne pas s'extasier à chaque image devant ce personnage qui après 27 ans de prison , pardonne car il a une ligne directrice simple :
"Je ne suis pas vraiment libre si je prive quelqu'un d'autre de sa liberté. L'opprimé et l'oppresseur sont tous deux dépossédés de leur humanité.."
En conclusion on pardonne les rapports à la hache entre les gardes du corps, les parents de Damon et leur domestique, les flics et ce petit garçon et on retient le souffle épique qui nous transporta au coeur de l'Ellis Park Stadium, au milieu de ces Hommes qui sont devenus maîtres de leur destin en confiant jusqu'à leur âme au nouveau capitaine de cette humanité retrouvée : Mandela.
Bravo M.Eastwood
Un bon 14/20, et merci à Ben





Lire la suite

AVATAR de James Cameron

1 Janvier 2010 , Rédigé par Philippe Publié dans #Ciné - DVD - Spectacles

affiche-du-film-avatar-4068765tzqpx_14.jpg
Un vrai exercice de style de faire une brève sur ce film.
Si vous le snobiez en prétextant abhorrer les blockbusters vous feriez une erreur. Bien sûr les images de synthèse sont d'un niveau jamais atteint mais Cameron nous raconte d'abord une histoire.
Bon d'accord c'est une histoire d'un classissisme dont la grosseur des ficelles frole parfois le foutage de gueule ( Un jeu amusant d'ailleurs serait de trouver les références à tout ce qui a déjà été vu - Little big man - Princess Mononoke - Dune - Matrix etc.. ).
Mais le talent de Cameron c'est que Pandora, la planete que les vilains humains vont tenter de saloper, est crédible jusqu'à l'extravagance. On y est ! Emerveillé par chaque décor, chaque plante, chaque animal. Les plans sont époustouflants, l'expression des visages bluffante.
Si vous arrivez comme moi à faire abstraction des méchants trop caricaturaux, de ce message écolo facile et du manque de surprises alors vous plannerez avec les Na'Vi à dos de Toruk et marcherez dans Pandora de nuit éclairée par la flore luminescente au rythme d'Eiwa.
La musique du film est onirique , dommage d'ailleurs que la chanson de fin ne soit pas à la hauteur.
J'ai adoré, Benjamin un peu moins. ( D'ailleurs je me demande si finalement Jake n'est pas un no-life qui se laisse bouffer par son avatar ;) )
Un bon 15/20 et 2h40 qui passent en un éclair.
Lire la suite