Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Instants d'années

Articles avec #phoesie tag

Parce que nos doigts se sont croisés : L'effleure du mâle ...

3 Novembre 2012 , Rédigé par Philippe Publié dans #Phoesie

 

 

Dans_la_toile.jpg

 

 

Parce que le mélange du beau et du laid, de l'attirant et du répugnant, confine au génie de l'auteur.
Parce que la vieillesse est aussi une petite mort en soi et que si la beauté se voit avec le coeur, alors elle est éternelle. 

 

Une Charogne

 

Rappelez-vous l'objet que nous vîmes, mon âme,
Ce beau matin d'été si doux:
Au détour d'un sentier une charogne infâme
Sur un lit semé de cailloux,

Les jambes en l'air, comme une femme lubrique,
Brûlante et suant les poisons,
Ouvrait d'une façon nonchalante et cynique
Son ventre plein d'exhalaisons.

Le soleil rayonnait sur cette pourriture,
Comme afin de la cuire à point,
Et de rendre au centuple à la grande Nature
Tout ce qu'ensemble elle avait joint;

Et le ciel regardait la carcasse superbe
Comme une fleur s'épanouir.
La puanteur était si forte, que sur l'herbe
Vous crûtes vous évanouir.

Les mouches bourdonnaient sur ce ventre putride,
D'où sortaient de noirs bataillons
De larves, qui coulaient comme un épais liquide
Le long de ces vivants haillons.

Tout cela descendait, montait comme une vague
Ou s'élançait en pétillant
On eût dit que le corps, enflé d'un souffle vague,
Vivait en se multipliant.

Et ce monde rendait une étrange musique,
Comme l'eau courante et le vent,
Ou le grain qu'un vanneur d'un mouvement rythmique
Agite et tourne dans son van.

Les formes s'effaçaient et n'étaient plus qu'un rêve,
Une ébauche lente à venir
Sur la toile oubliée, et que l'artiste achève
Seulement par le souvenir.

Derrière les rochers une chienne inquiète
Nous regardait d'un oeil fâché, 
Epiant le moment de reprendre au squelette
Le morceau qu'elle avait lâché.

- Et pourtant vous serez semblable à cette ordure,
A cette horrible infection, 
Etoile de mes yeux, soleil de ma nature,
Vous, mon ange et ma passion!

Oui! telle vous serez, ô la reine des grâces,
Apres les derniers sacrements,
Quand vous irez, sous l'herbe et les floraisons grasses,
Moisir parmi les ossements.

Alors, ô ma beauté! dites à la vermine
Qui vous mangera de baisers,
Que j'ai gardé la forme et l'essence divine
De mes amours décomposés!

 

Les Fleurs du malCharles Baudelaire

Photo : Moi-même

Lire la suite

L'albatros

23 Janvier 2012 , Rédigé par Philippe Publié dans #Phoesie

Sublime poème de Baudelaire.

Double métaphore, l'albatros humanisé et le poète, comment dire ... volatilisé ? ;)

La première strophe , ample, comme un vol d'Albatros.

Et une fois sur terre, des phrases courtes presque ridicules, troisième strophe.

Une ode à la liberté, à l'espace, c'est beau de l'air ( Un peu honte de celle-là quand même )

 

Souvent, pour s'amuser, les hommes d'équipage
Prennent des albatros, vastes oiseaux des mers,
Qui suivent, indolents compagnons de voyage,
Le navire glissant sur les gouffres amers.

 

A peine les ont-ils déposés sur les planches,
Que ces rois de l'azur, maladroits et honteux,
Laissent piteusement leurs grandes ailes blanches
Comme des avirons traîner à côté d'eux.

 

Ce voyageur ailé, comme il est gauche et veule!
Lui, naguère si beau, qu'il est comique et laid!
L'un agace son bec avec un brûle-gueule,
L'autre mime, en boitant, l'infirme qui volait!

 

Le Poète est semblable au prince des nuées
Qui hante la tempête et se rit de l'archer;
Exilé sur le sol au milieu des huées,
Ses ailes de géant l'empêchent de marcher.

 

Charles Baudelaire

Lire la suite

Un hymne au temps qui reste par Monsieur Reggiani !

15 Mai 2011 , Rédigé par Philippe Publié dans #Phoesie

 

Serge Reggiani
LE TEMPS QUI RESTE
Paroles: Jean-Loup Dabadie, musique: Alain Goraguer


Combien de temps...
Combien de temps encore
Des années, des jours, des heures combien?
Quand j'y pense mon coeur bat si fort...
Mon pays c'est la vie.
Combien de temps...
Combien

Je l'aime tant, le temps qui reste...
Je veux rire, courir, parler, pleurer,
Et voir, et croire
Et boire, danser,
Crier, manger, nager, bondir, désobéir
J'ai pas fini, j'ai pas fini
Voler, chanter, partir, repartir
Souffrir, aimer
Je l'aime tant le temps qui reste

Je ne sais plus où je suis né, ni quand
Je sais qu'il n'y a pas longtemps...
Et que mon pays c'est la vie
Je sais aussi que mon père disait:
Le temps c'est comme ton pain...
Gardes en pour demain...

J'ai encore du pain,
J'ai encore du temps, mais combien?
Je veux jouer encore...
Je veux rire des montagnes de rires,
Je veux pleurer des torrents de larmes,
Je veux boire des bateaux entiers de vin
De Bordeaux et d'Italie
Et danser, crier, voler, nager dans tous les océans
J'ai pas fini, j'ai pas fini
Je veux chanter
Je veux parler jusqu'à la fin de ma voix...
Je l'aime tant le temps qui reste...

Combien de temps...
Combien de temps encore?
Des années, des jours, des heures, combien?
Je veux des histoires, des voyages...
J'ai tant de gens à voir, tant d'images..
Des enfants, des femmes, des grands hommes,
Des petits hommes, des marrants, des tristes,
Des très intelligents et des cons,
C'est drôle, les cons, ça repose,
C'est comme le feuillage au milieu des roses...

Combien de temps...
Combien de temps encore?
Des années, des jours, des heures, combien?
Je m'en fous mon amour...
Quand l'orchestre s'arrêtera, je danserai encore...
Quand les avions ne voleront plus, je volerai tout seul...
Quand le temps s'arrêtera..
Je t'aimerai encore
Je ne sais pas où, je ne sais pas comment...
Mais je t'aimerai encore...
D'accord?

 

Paroles en provenance de http://www.frmusique.ru/

Lire la suite

Poèmes de Margaux

7 Novembre 2010 , Rédigé par Philippe Publié dans #Phoesie

 

mgx.jpg

 

Je ne veux plus que des larmes touchent mes joues
J'aimerais déguster la vie a pleines dents
Je voudrais entendre les paroles d'un fou
J'aimerais respirer les fleurs du beau printemps
Je veux t'éblouir les cheveux dans le vent

 

Parce qu'il y a toujours un peu de vérité derrière les "Je rigole",
Un peu de curiosité derrière les "Je demandais juste",
Un peu de savoir derrière les "Je sais pas",
Un peu de mensonge derrière les "Je m'en fous"
et un peu de souffrance derrière les "Ca va merci"...

Margaux Seillier B <-- Facebook de l'artiste

Lire la suite

Going to the darkness...

5 Juillet 2010 , Rédigé par Philippe Publié dans #Phoesie

profilyng.jpg

 

...

Cause it's the only way,

To forget her,

To set my mind free,

And to wander about like a lost soul

Lire la suite

Virage

5 Mai 2010 , Rédigé par Philippe Publié dans #Phoesie

royaumont.jpg

 

Les grains de mon amour, Je ne peux retenir
Je serre mes doigts blancs mais le temps s’en écoule
Tous ces  grains seront sable, Son château d’avenir
Je regarde en pleurant  mon rêve qui s’écroule

J’aurais voulu ces grains comme  poussières d’étoiles
Ses cheveux noirs  ébène pour mon seul univers
Le soleil de ses yeux pour guider ma grand voile
La douceur de sa peau reflétant la lumière

Puis ma main et mon cœur, vides de toute vie,
Comme une petite mort, à l’aurore d’un chemin,
Plus d’espoir, de regrets, plus d’attente ni d’envie
Souvenir d’une main, d’un sourire, d’un parfum

Texte P.Seillier
Photo Jux

Lire la suite

Finalement Blaise Pascal avait raison ...

17 Octobre 2009 , Rédigé par Philippe Publié dans #Phoesie

Mon coeur et ma tête ne se parlent plus.

Tout de façon ma tête n'a jamais eu de coeur

et mon coeur n'en fait qu'à sa tête.

Tout ça à cause de cette fille,

qui m'a fait tourner la tête et battre le coeur.

Ma tête pense que cet amour est impossible

mais mon coeur ne veut pas entendre raison.

Cette fille , ma tête la connait par coeur,

mais mon coeur lui s'entête.

Alors ma tête est partie en claquant l'aorte,

et mon coeur a changé d'hémisphère.

Et moi j'ai mal au coeur et je perds la tête.

 

P.Seillier
inspiré de la phrase de Blaise PASCAL : "Le coeur a ses raisons que la raison ignore "

 


Lire la suite

Le carré du poète retrouvé

16 Juin 2009 , Rédigé par Philippe Publié dans #Phoesie



------------------------------------------------------------------------------------
Haïr reste le meilleur chemin pour ne plus aimer
------------------------------------------------------------------------------------
Hier soir je la détestais, ce matin je l'aime parce que dans mes rêves il n'y a plus de barrières ------------------------------------------------------------------------------------
Il mettra le monde à ses pieds Mais elle ne rêve que d'étoiles Je l'y attendrai
------------------------------------------------------------------------------------
Toujours ses cheveux noirs
Au cœur de mes nuits blanches
Comme un Saint a l'espoir
De son Dieu le Dimanche
Et sa voix, doux murmure,
Lentement me réveille,
Et Alice m'aventure
Au pays des merveilles
Alors ses cheveux noirs
se bouclent sur mon cœur
le câlinent d'un espoir
et d'un songe de bonheur
------------------------------------------------------------------------------------
@madeus526
Lire la suite

4 mariages et un enterrement - oraison funèbre

7 Mai 2009 , Rédigé par Philippe Publié dans #Phoesie

Arrêtez les pendules, coupez le téléphone,
Empêchez le chien d'aboyer pour l'os que je lui donne,
Faites taire les pianos et les roulements de tambour
Sortez le cercueil avant la fin du jour.

Que les avions qui hurlent au dehors
Dessinent ces trois mots Il Est Mort,
Nouez des voiles noires aux colonnes des édifices
Gantez de noir les mains des agents de police

Il était mon Nord, mon Sud, mon Est, mon Ouest,
Ma semaine de travail, mon dimanche de sieste,
Mon midi, mon minuit, ma parole, ma chanson.
Je croyais que l'amour jamais ne finirait : j'avais tort.

Que les étoiles se retirent, qu'on les balaye
Démontez la lune et le soleil
Videz l'océan, arrachez les forêts
Car rien de bon ne peut advenir désormais.

-- Wystan Hugh Auden (1907-1973)
Lire la suite

Dead Poets Society - Bonus

7 Mai 2009 , Rédigé par Philippe Publié dans #Phoesie

Nous rêvions de demain et demain n'arrive point

Nous rêvons de la gloire que nous ne voulons pas vraiment

Nous rêvons d'un nouveau jour alors qu'il est déjà là

Et nous fuyons la bataille alors qu'elle doit être livrée

 

….. Et toujours nous dormons

 

Nous attendons l'appel sans vraiment faire attention

Remplis d'espoir pour un avenir qui n'est que projets

Rêvant de la sagesse que nous évitons chaque jour

Et priant pour un sauveur alors que le salut est entre nos mains

 

….. Et toujours nous dormons

 

Et toujours nous rêvons et toujours nous craignons

Et toujours nous prions et toujours nous dormons

 

Todd Anderson ( Pour Jux et Puce )

Lire la suite
1 2 3 > >>