Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Instants d'années

De rouille et d'os

27 Mai 2012 , Rédigé par Philippe Publié dans #Ciné - DVD - Spectacles

 

20087993.jpg-r_160_240-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-20120423_115854.jpg

 

Si vous voulez voir ce film ne lisez pas cet article car je vais spoiler un max. Pour ceux qui connaissent la pyramide des besoins de Maslow , Ali et son gamin sont au premier étage. Subvenir aux besoins essentiels : Manger, dormir, se loger. C'est l'objet de la première scène où Ali fouille les poubelles du train pour manger. Stéphanie, quant à elle, est au dernier étage, l'accomplissement de soi et c'est l'objet de la scène où on la voit devant le public de l'aqualand.
Les deux personnages se croisent et c'est rien de dire que le premier contact est froid.
Un accident dramatique survient et Stéphanie perd les deux jambes et tombe du haut de sa pyramide.
Toute l'idée du film tient ensuite dans le rapprochement entre ces deux êtres que tout sépare, dans leur lutte pour la survie. Ali est un con personnage proche de la marginalité alors il n'a pas le temps de s'apitoyer sur Stéphanie, il est direct, ancré dans son premier étage et il va aider Stéphanie à revivre, et comme tous les films ou séries actuels, évidemment le sexe sera un moyen largement utilisé pour l'aider. Ca m'a rappelé Black Swan de ce côté là d'ailleurs.
Les acteurs sont sublimes, la mise en scène époustouflante, mais je n'ai pas accroché. Pas l'ombre d'un début d'émotion. En fait, je ne pense pas être fait pour ce genre de cinéma, cru, brutal. Et ce qui marrant, c'est que dans la majorité de ces films on a une happy end surréaliste baclée en 5 minutes. Je crois que si Audiard avait tourné Star Wars, Dark Vador aurait fini fleuriste.
Ce film va être couvert de lauriers, Marion cotillard aura sans doute un prix d'interprétation à Cannes ou ailleurs, mais je ne mets qu'un petit 11/20. Déçu.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article